Juillet signe officiellement l’entrée des enfants dans ce que l’on appelle les « grandes vacances ». 2 mois de liberté qui peuvent être considérés comme une aberration par les uns, ou un moment bien mérité par les autres. Néanmoins, le vrai point de dissension, ce sont les fameux cahiers de vacances – ces best-seller estivaux.

Mais alors, pourquoi personne n’est d’accord ?

L’expérience des parents :

Excepté pour certains parents sadiques, une règle simple s’applique : on impose le cahier à nos enfants lorsque l’on en a de bons souvenirs ; on leur évite cette peine lorsque ce petit cahier nous a traumatisé toute notre enfance.
Mais il existe un intérêt plus ou moins assumé à acheter un cahier de vacances : il canalise l’attention des enfants et accorde quelques minutes de repos aux parents.

Les envies des enfants :

Alors que certains enfants adorent retrouver leurs cahiers, pour d’autres, c’est un moment de torture, et ce n’est pas sans conséquences sur leur comportement vis-à-vis des parents.

Alors, utile ou pas utile ?

Quand des parents s’inquiètent de l’effet de deux mois d’inactivité cérébrale sur leurs enfants, d’autres considèrent que ce repos est bien mérité. De plus, les vacances sont l’opportunité d’approcher le savoir de manière plus concrète.

Enfant qui rit à l'éclat, à la lecture d'un livre, en attendant le cahier de vacances
Une petite fille lance des fleurs dans une ruelle tant qu'elle n'a pas à faire son cahier de vacances

Que conseillent les professionnels ?

Pas plus de 20 minutes par jour :

L’apprentissage n’est efficace que si l’enfant est motivé. Il faut donc écouter ses envies et ne pas dépasser 20 minutes de supplice par jour.

Une coupure nécessaire :

Une coupure dans leur programme scolaire bien chargé est conseillée. Pourquoi ne pas leur laisser un mois « off » et les réhabituer au travail un mois avant la rentrée ?

Privilégier une autre approche du savoir :

La mémorisation est intimement liée aux émotions. Les vacances permettent d’approcher le savoir d’une manière plus pragmatique et de le contextualiser. Réviser la proportionnalité en préparant la cuisine est ludique et impactera durablement la mémoire de l’enfant.

Qui a raison ?

Les cahiers de vacances sont-ils bons ou mauvais pour nos enfants ? Les voyageurs lecteurs n’ont pas la réponse, mais ils sont sûrs d’une chose : la vie est bien plus belle avec un peu de lecture. Que ce soient des cahiers de vacances, des romans, des biographies, des recueils ou des BD, n’oubliez pas d’emporter de quoi vous évader.

Photo 1ère de couverture du cahier de vacances de Hatier
Photo de la biographie
Photo de la première de couverture du livre jeunesse