Nous avons posé quelques questions à Mazarine Pingeot, dont l’ouvrage Magda fait partie de la sélection du 41ème Prix Relay des Voyageurs Lecteurs.

Existe-t-il, d’après vous, une histoire particulière entre les livres et les voyages ?

Bien sûr, il y a à la fois les voyages qui inspirent pour écrire, et les livres qu’on lit pendant les voyages. Le train est un espace privilégié pour ça (quand on n’a pas ses enfants !). Je lis aussi beaucoup dans le métro, mais les trajets sont plus courts et les rames plus bondées… et en voiture, j’ai mal au cœur. J’adore ce moment où l’on est suspendu entre deux lieux, où l’on voit défiler les paysages sans bouger de son siège et où l’on peut alterner la lecture et la vitre… Bien sûr, c’est un moment de lecture unique, on n’est pas dérangé, on n’a pas d’obligation (ce qui est extrêmement rare dans nos vies urbaines!), et tout favorise la rêverie, ce qui n’est pas incompatible avec la lecture.

Que représentent les librairies Relay pour vous ?

Mon moment avant de prendre le train quand je n’arrive pas à la dernière minute… je flâne beaucoup dans les rayons, ouvre les livres, lis les quatre de couverture… achète parfois, pas toujours (je n’oublie jamais de prendre des livres en voyage), mais ça m’inspire pour mes futures lectures.

Quelle serait votre définition de la communauté des Voyageurs-Lecteurs ?

Les lecteurs forment une communauté, comme les voyageurs, qui articule de façon très particulière la solitude complète et le fait d’être ensemble. Quand on lit, on est seul et pourtant on communique incessamment – avec ses pensées, avec l’auteur, avec les autres lecteurs, les amis à qui l’on voudrait donner le livre, pour faire passer un message, etc.. Idem pour le voyage, on est embarqué ensemble, on vit un trajet collectivement, c’est une expérience à plusieurs, sans que cela entame le désir de solitude.

Un livre que vous avez lu en voyage et que vous avez aimé ?

Il y en a beaucoup. Dès que je prends le train, je lis. J’écris aussi parfois, si je voyage seule. Rares sont les livres qu’on lit d’une traite lors d’un seul trajet. Les trois derniers livres que j’ai aimés et lus dans un train sont celui de Nathalie Kupermann, « je suis le genre de fille », le Christian Oster, « Massif Central », et le livre de Matthieu Larnaudie « les jeunes gens », que j’ai terminé il y peu dans un Angers-Paris.